3 bonnes raisons de découvrir

Taiwan

  • Déambuler dans les marchés de nuit de l’île à la découverte de saveurs uniques.

  • Randonner le long d’immenses falaises au cœur des gorges de Taroko.

  • Parcourir le patrimoine inestimable du musée national du Palais à Taipei.

15 jours – Entre 4200€ et 5700€/pers.*
*15 jours, vols, voiture et chauffeur, guides privatifs, droits d’entrées, hôtels de caractère

Longtemps associée dans l’imaginaire collectif à ses puces électroniques et son matériel informatique high-tech, Taiwan reste une destination oubliée du tourisme occidental. Pourtant, ce dragon d’Asie offre un tout autre visage. Derrière l’image de Taipei, sa capitale moderne et cosmopolite symbolisée par l’inébranlable tour 101, se cache une île où les traditions ancestrales ont été préservées, une île sauvage où la nature demeure encore intacte.

Perçue comme une destination lointaine, l’île de Taïwan est dorénavant desservie sans escale par plusieurs compagnies aériennes depuis Paris : Air France proposent des vols trois fois par semaine quand Eva Air propose un vol quotidien.

Capitale du pays, Taipei est le point de départ et de fin d’un voyage à Taïwan. Le décalage horaire entre la France et Taïwan étant important (6 heures en été, 7 heures en hiver), un minimum de 8 jours sur place est nécessaire pour s’acclimater et prendre le temps d’apprécier différentes facettes du pays. Les voyageurs souhaitant explorer l’île de manière plus approfondie pourront y dédier deux semaines ou plus. De par la beauté de ses plages tropicales, l’île se prête aussi aux courts séjours balnéaires à la suite d’un voyage en Chine ou au Japon.

Afin de faciliter les déplacements autour de Taïwan, Les Routes de l’Asie mettent à disposition une voiture et un chauffeur-guide anglophone tout au long du voyage et assurent l’interface entre les différents modes de transport. Des guides francophones ou anglophones peuvent également accompagner les voyageurs lors de la découverte de l’île.

Pour les voyageurs les plus aventureux, les conseillers des Routes de l’Asie peuvent également proposer une voiture de location à Taïwan pour la visite des sites éloignés et peu connus de la majorité des voyageurs.
Si les grandes villes denses et dynamiques comme Taipei correspondent à la conception la plus répandue de Taïwan, les grands espaces y sont également nombreux, avec des zones montagneuses, des plages de sable fin et plusieurs parcs nationaux offrant de nombreuses possibilités d’activités en plein air.

Explorer les fonds marins, nager dans des eaux limpides ou encore fouler la terre ferme à travers une végétation luxuriante, les voyageurs à la recherche d’aventure n’auront que l’embarras du choix : randonnée à pied ou en vélo, snorkeling ou encore plongée sous-marine ne sont que quelques-unes des activités proposées.

Environ les deux tiers de Taïwan sont des zones montagneuses, où de nombreux sommets dépassent les 3000 mètres. La montagne de Jade (Yushan), située au centre de l’île et culminant à plus de 3950 mètres d’altitude, est le plus haut sommet d’Asie du Nord-Est.

Les chemins de randonnée sont facilement accessibles à partir des grandes villes. Tous les sites les plus célèbres de Taïwan peuvent être explorés à pied, y compris les gorges de Taroko, le lac du Soleil et de la Lune et le Parc National de Kenting.

Les eaux cristallines qui encerclent l’île offrent de nombreuses possibilités de snorkeling ou plongée avec bouteilles. Le Parc National de Kenting au sud de Taïwan, l’Île Verte au large de la côte sud-est ou encore les îles Penghu à l’ouest sont des zones idéales pour découvrir la faune et la flore sous-marines de l’île : poissons migrateurs, poissons de récifs tropicaux, coquillages, serpents d’eau, raies, tortues et des centaines de variétés de coraux.

Suite à d’importants investissements dans le développement de pistes cyclables ces dernières années, Taïwan est également une destination idéale pour les amateurs de cyclisme ou de balades à vélo. Il est possible d’explorer la côte est en vélo en partant de Hualien en direction de Taitung à travers des paysages grandioses.
La saison la plus agréable pour un voyage à Taiwan s’étend de fin octobre à mars. A l’exception des régions montagneuses, les pluies sont peu présentes et l’île bénéficie de températures agréables avoisinant la plupart du temps les 20°C.

Dans cette intervalle, il est conseillé d’éviter les périodes de vacances au début du mois d’octobre ou la période du Nouvel An chinois, qui a lieu au début du mois de février.

En basse saison, d’octobre à mars, les sites sont moins fréquentés et les hôtels proposent généralement des offres intéressantes. Durant la période de fin août à début septembre, c’est le « mois des Esprits » et une forte atmosphère spirituelle règne dans le pays et en particulier dans les temples. Les saisons intermédiaires, d‘avril à juin et de septembre à octobre, constituent également des alternatives intéressantes.

L’été, l’île connaît une période de mousson importante : de fortes chaleurs, comprises entre 30 et 35°C, s’associent à une humidité importante. La fin de l’été voit également arriver de nombreux typhons, qui peuvent survenir jusqu’au mois d’octobre.

Les conseillers des Routes de l’Asie, spécialistes de Taïwan et experts de la construction de voyages sur mesure s’adaptent aux envies et aux contraintes de chacun pour composer des voyages personnalisés.

Point de départ d’un voyage à Taiwan, Taipei nécessite plusieurs jours de visite pour qui souhaite découvrir les trésors qu’elle recèle sans se presser. Ville très dynamique aux dimensions humaines, elle abrite quelques sites et musées exceptionnels tel que le musée national du Palais, hébergeant la plus grande collection d’objets d’art chinois au monde.

La capitale taïwanaise offre l’image moderne d’un pays riche de ses traditions séculaires. Les restaurants typiques et temples bouddhistes et taoïstes des vieux quartiers côtoient les magasins de luxe et centre commerciaux du quartier d’affaires, symbolisés par la fameuse tour Taipei 101.

Les amateurs de nourriture apprécient la singularité de la gastronomie taïwanaise à travers la culture omniprésente de ses marchés de nuit, où les habitants déambulent au milieu d’échoppes fumantes.

Pour qui souhaite prendre un grand bol d’air en dehors des foules, les environs de la capitale offrent aussi de nombreuses escapades nature d’une journée : sources thermales, plantations de thé, ou encore la côte nord offrant des paysages grandioses jalonnée de villages pittoresques tel Jiufen.

Les incontournables :
  • Découvrir les plus beaux trésors de la civilisation chinoise conservés dans le musée national du Palais à Taipei. Cette gigantesque collection de plus de 650000 pièces (dont seules 15000 sont exposées) abrite de magnifiques porcelaines, bronzes, poteries, objets de cultes, vêtements, peintures ou calligraphies datant du néolithique aux dynasties plus récentes Ming et Qing.

  • Flâner au gré des échoppes dans le marché nocturne de Raohe à Taipei. Spécialité incontournable, les marchés de nuit font partie intégrante de la culture taïwanaise. Chaque soir, à partir de 18h, les ruelles s’animent et laissent place aux parfums des échoppes qui proposent une grande variété de spécialités culinaires.

  • Se hisser au sommet de la tour Taipei 101, symbole de la modernité et de la prospérité de l’île. Conçu pour résister aux tremblements de terre ainsi qu’aux typhons, ce gratte-ciel de 101 étages culmine à 509 mètres. Depuis le 88ème étage, l’observatoire offre, par beau temps, une vue panoramique spectaculaire sur la capitale et les collines environnantes.

  • S’aventurer au cœur du parc national de Yangmingshan, véritable écrin de verdure à quelques encablures de Taipei. Célèbre pour sa flore majestueuse qui se pare de ses plus beaux atours au fil des saisons, le parc est un lieu propice à la randonnée à travers des paysages aussi verdoyants qu’arides.
Nos expériences :
  • Prendre de la hauteur pour admirer le coucher de soleil sur la ville de Taipei depuis les versants de la montagne de l’éléphant. Au milieu d’une jungle luxuriante située en plein cœur de la ville, le sommet de la colline offre une vue imprenable sur la tour Taipei 101 qui, par sa démesure, contraste avec la planitude du paysage urbain alentour.

  • S’éloigner de la foule de la capitale le temps d’une journée en explorant les villages isolés sur la ligne de chemin de fer de Pingxi. Chaque année, peu après le Nouvel An chinois, le lieu devient très prisé pendant le festival des Lanternes lors duquel habitants et voyageurs participent au lâcher de lanternes célestes.

  • Déambuler à travers les ruelles pittoresques de Jiufen. Cette ancienne cité minière offre des balades bucoliques à travers le dédale de ses rues pavées bordées de lanternes rouges qui s’illuminent à la nuit tombée.

  • S’étonner devant les roches venues d’un autre monde au Géoparc de Yehliu. Des rochers calcaires aux formes étranges y ont été érodés par le vent et l’océan. Les amateurs de géologie pourront également apercevoir de magnifiques fossiles.
C’est depuis cette partie sauvage de l’île que les navigateurs portugais donnèrent, lors de leur découverte de l’île au XVIème siècle, le nom de Formose à Taiwan. Des rizières verdoyantes aux montagnes boisées en passant par les célèbres gorges de Taroko, la côte est rime d’abord avec décor sauvage. Le long de l’océan, d’immenses falaises escarpées se dressent sur plusieurs dizaines de kilomètres.

La côte orientale est aussi une destination de choix pour les activités de plein air, et les amateurs de cyclisme y trouvent leur compte, combinant décors grandioses, routes de qualité et une multitude de petits Bed & Breakfast confortables. Pour d’autres, l’attrait de cette région repose sur le nombre important de populations aborigènes qui y perpétuent leurs traditions ancestrales depuis des siècles.

Les incontournables :
  • Emprunter l’un des nombreux sentiers de randonnée à travers les sublimes gorges de Taroko. Le parc national compte des sommets de 3000m enserrant la rivière de Liwu, des cascades, des sources chaudes, mais aussi une faune et une flore variées.

  • Longer les falaises escarpées de la côte est de Taïwan. Falaises immenses plongeant dans l’océan, gorges de marbre, rizières et montagnes boisées caractérisent la côte orientale. Outre les activités de plein air, l’attrait de cette région repose sur les populations aborigènes qui y vivent depuis des siècles.

  • Partir à la rencontre de familles aborigènes de la tribu Amis à Dulan et découvrir des traditions ancestrales comme la fabrication de vêtements et accessoires en écorce d’arbre, des cérémonies séculaires, la cuisine à base de plantes ou encore la pêche artisanale.
Nos expériences :
  • Se promener à bicyclette autour des rizières de Chihshang. Encerclée par les montagnes, la petite ville de Chihshang est réputée pour ses paysages de rizières qui s’étendent à perte de vue et dont les coloris varient au fil des saisons. Les nombreuses routes accessibles à vélo permettent de découvrir la campagne environnante et la douceur de la vie locale.

  • Participer aux cérémonies aborigènes qui se déroulent pendant l’été. Cette période de l’année est la plus importante pour les peuples aborigènes de l’île. Ils célèbrent les récoltes, le passage à l’âge adulte ou le culte des ancêtres et sont l’occasion d’assister à des spectacles traditionnels mettant à l’honneur leurs talents guerriers et leur habileté à la chasse.
Le Centre est une région idéale pour découvrir les nombreux joyaux naturels qu’offre l’île : grands espaces verdoyants, hautes montagnes culminant à plus de 3000 mètres d’altitude, paysages de forêts alpines immaculées. Les amateurs d’activités de plein air privilégient le cœur de l’île autour du mont Hehuan, facilement accessible, ou au lac du Soleil et de la Lune, propice aux promenades bucoliques à vélo ou à pied. Les plus aventureux empruntent les chemins de randonnée reculés dans le parc national de Yushan et escaladent le plus haut sommet du nord-est de l’Asie.

Sur la côte ouest, la petite ville de Lukang et ses temples authentiques très bien préservés caractérisent le Taiwan d’antan. Le pèlerinage de Mazu, événement incontournable qui se déroule chaque année à la fin du mois de mars, symbolise la perpétuité des traditions locales. Cette procession de 8 jours, qui célèbre la déesse protectrice des pêcheurs, traverse près de la moitié de la côte ouest de l’île dans une profusion de festivités et de prières.

Les incontournables :
  • Flâner à pied, à vélo, ou à bord d’un bateau sur le lac du Soleil et de la Lune. Endroit le plus célèbre de l’île et le plus prisé des jeunes mariés taïwanais, le cadre enchanteur autour du lac intérieur est aussi propice à la randonnée qu’aux balades bucoliques à vélo.

  • Prendre une véritable bouffée d’air frais au cœur de la forêt d’Alishan et s’émerveiller devant ses cyprès millénaires.

  • Se perdre dans le dédale des ruelles pavées de Lukang. Les vieilles rues piétonnes du centre-ville, surgies du passé, plantent un décor pittoresque : des maisons traditionnelles chinoises dans lesquelles on aperçoit des échoppes, des artisans fabriquant de l’encens, mais également d’anciens temples bouddhiques incroyablement préservés.
Nos expériences :
  • Se hisser jusqu’au sommet du parc national de Yushan, plus haut sommet du nord-est asiatique. Destination idéale pour les amateurs de randonnée, l’ascension nécessite deux jours pour atteindre le sommet à plus de 3950 mètres d’altitude. Au petit matin, le soleil jaillit au-dessus de la mer de nuages révélant ainsi un spectacle inoubliable.

  • Observer les processions à l’œuvre pendant le pèlerinage de Mazu à Dajia. Chaque année, à partir du le 23 mars, des centaines de milliers de pèlerins sillonnent près de 340 kilomètres en se rendant jusqu’au temple de Fengtian à Xingang avant de raccompagner la déesse la plus vénérée de Taïwan à son point de départ.

  • Déambuler à travers le plus grand marché nocturne de l’île à Taichung, à la recherche de saveurs exotiques : brochettes de poulpe, petits pains fourrés au porc et aux oignons de printemps, desserts au taro ou à la patate douce… Les amateurs de nourriture satisfont leur curiosité au gré des échoppes.
Loin du dynamisme de la capitale, le sud de Taiwan est une terre tropicale indolente, où poussent sans effort ananas et noix d’arec. Les plages de sable blanc de Kenting et la couleur indigo de l’océan, propices au farniente et aux activités balnéaires, donnent à cette région des airs de vacances. Les montagnes luxuriantes du Sud, principalement habitées par les tribus aborigènes Bunun, Paiwan et Rukai, offrent aussi des paysages magnifiques. Les plaines, foyer des plus vieilles colonies chinoises, accueillent de nombreuses festivités locales parmi les plus marquantes du pays : le festival du bateau en feu de Donggang ou encore les gigantesques feux d’artifice de Yanshui.

Les incontournables :
  • Partir sur les traces du Taiwan authentique à Tainan, la plus vieille ville de l’île. Si l’ancienne capitale du pays a perdu depuis longtemps l’aura que Koxinga, père de la nation taiwanaise, lui avait conférée au XVIIème siècle, elle reste cependant le bastion de la culture traditionnelle chinoise. Tout au long de l’année, de nombreuses fêtes religieuses sont célébrées dans les quelques 300 temples bouddhistes et taoïstes que recense la ville.

  • Explorer la région de Kenting et ses paysages tropicaux aux airs de vacances. Petit village à la pointe sud de Taiwan, Kenting est un lieu de rendez-vous privilégié pour des vacances balnéaires. Toute la pointe sud est un parc national protégé et l’arrière-pays permet des randonnées en petite montagne, à travers savane et canyon. Des cascades d’eau se trouvent facilement et la baignade dans les rivières permet de se rafraîchir après une courte escapade. Les voyageurs plus aventureux vadrouillent en scooter le long du littoral à la recherche de petites criques isolés.
Nos expériences :
  • Découvrir les différentes tribus aborigènes qui composent l’île au Parc Culturel d’Aborigènes de Majia, qui expose les différents aspects de la vie des premiers habitants de l’île : habitats, costumes traditionnels, totems et objets religieux. Des spectacles de chants et de danses agrémentent la visite.

  • S’extasier devant l’immensité du monastère bouddhiste de Foguanshan, le plus grand de Taïwan et parmi les trois plus importants du monde. Niché en plein cœur de la forêt, il présente une architecture des plus spectaculaires, qui fait de ce lieu un des premiers lieux de pèlerinage de l’île. On profite de la sérénité du lieu tout en respectant les conditions de vie des nonnes et des moines qui y résident. Les voyageurs peuvent également prendre le déjeuner rituel dans le réfectoire, en compagnie des membres de la communauté.
Loin des foules de la capitale, les îles taïwanaises offrent de belles surprises pour qui aime se rendre hors des sentiers battus. Leurs plages immaculées et sentiers sauvages n’ont pas encore succombé au tourisme de masse. L’île des Orchidées, la plus éloignée de Taiwan, associe des paysages volcaniques au charme du peuple aborigène Yami, qui tire sa subsistance de la mer. Sur l’île Verte et à Penghu, les amateurs de plage et de plongée sont séduits par les magnifiques plages de sable, les eaux cristallines et les récifs coralliens. Dans le détroit de Taiwan, Kinmen et Matsu, longtemps isolées par la guerre civile, ont su préserver l’architecture traditionnelle dans quelques-uns des plus anciens villages. Elles constituent également un véritable paradis pour les amateurs d’observation d’oiseaux.

Les incontournables :
  • Plonger dans les eaux paradisiaques de l’île Verte et s’émerveiller devant son incroyable faune sous-marine qui abrite plus de 200 espèces de coraux, des tortues et des poissons aux couleurs improbables. Destination idéale pour les amateurs d’activités nautiques, l’île est aussi adaptée aux amoureux de randonnée qui peuvent profiter de paysages verdoyants avec l’océan Pacifique en arrière-plan.

  • S’immerger dans le quotidien des pêcheurs en passant quelques jours dans une famille Yami, la plus petite minorité aborigène de Taïwan installée sur l’île des Orchidées. Connue aussi sous le nom de Lanyu, cette île intacte et sauvage abrite une végétation luxuriante. Les plus aventureux font le tour de l’île en scooter le long de l’océan aux mille nuances de bleu.
Nos expériences :
  • S’échapper sur l’île de Xiaoliuqiu le temps d’une journée. A quelques brasses de Kaohsiung, cette petite île paradisiaque se parcourt à vélo ou à scooter. Des petites plages de sable blanc ponctuent la balade autour de l’île, où l’on s’arrête pour se rafraîchir et explorer la diversité des fonds marins.

  • Découvrir les reliques d’architecture chinoise traditionnelle sur l’île de Kinmen aux portes de la Chine. Coupée du monde pendant près de 40 ans suite à la guerre civile, cette petite île atypique abrite pourtant un patrimoine architectural passionnant, des habitations, soigneusement restaurées, datant des dynasties Ming et Qing, portant la marque d’une histoire houleuse aux influences mêlées.

Au-delà de l’organisation de voyages sur mesure, Les Routes de l’Asie ont à cœur d’inviter au voyage, avant, pendant et après, grâce à son espace librairie dédié aux pays que l’équipe affectionne. Aussi pour tous les voyages sur mesure conçus par l’agence, les carnets de voyages contiennent deux livres. Voici quelques ouvrages que l’équipe a lus et sélectionnés pour une invitation à voyager à Taïwan. Ces livres ainsi que d’autres guides touristiques, cartes détaillées, essais et romans sont en vente à la librairie des Routes de l’Asie, 7 rue d’Argenteuil, à Paris 1er ou par téléphone au 01 42 60 60 90.


Introduction idéale à Taïwan, Formose (éditions Editions Ça et Là) nous raconte l’histoire personnelle de son auteure, Li-Chin Lin, jeune aborigène née dans la campagne taïwanaise et émigrée depuis en France. Au travers de ce roman graphique, l’auteure nous ouvre les yeux sur la situation politique et culturelle de son île natale, Taïwan. Des premiers peuplements aborigènes à l’arrivée des nationalistes chinois au milieu du XXème siècle en passant par les vagues de colonisations successives hollandaise, espagnole et chinoise au XVIIème siècle avant l’invasion japonaise. Elle aborde avec franchise et beaucoup de recul son enfance, tiraillée entre la culture de sa famille, ses envies et la doxa officielle.


Véritable promenade dans le Taipei des années 70, Garçons de cristal (éditions Philippe Picquier) de Xianyong Bai plonge les lecteurs dans la découverte d’une société taïwanaise fascinante. Dans un pays fracturé par un fossé générationnel entre vieille génération d’exilés militarisés et jeunesse ayant soif de liberté, l’auteur traite de l’homosexualité et plus particulièrement de la prostitution masculine, sujet tabou à l’époque. A travers des scènes du quotidien communes et touchantes, on y suit la vie souterraine et nocturne de ces garçons attachants, à la fois fragiles et solides.


Connu pour être l’un des auteurs asiatiques les plus en vue du moment, Wu Ming-yi nous plonge dans un univers captivant avec Le magicien sur la passerelle (éditions L’Asiathèque).
Sur la passerelle reliant le bâtiment Ai (Amour) et le bâtiment Hsin (Confiance) du grand marché de Chunghua, à Taipei, un magicien exerce son art. Autour de lui, tout un monde s’active dans de petits métiers. Le narrateur, qui a une dizaine d’années à cette époque-là, tient un stand de semelles en face de l’illusionniste et se laisse fasciner par ses tours. Devenu adulte et toujours troublé par ce personnage, il interroge ceux de sa génération qui ont pu avoir naguère des contacts avec lui. L’évocation du souvenir du magicien donne lieu à une mosaïque de récits, tantôt drôles, tantôt poignants, où se révèlent les rêves et les angoisses existentielles des jeunes Taïwanais de la capitale.

La création d’un voyage sur mesure à Taiwan implique des échanges, par téléphone ou par courriel, entre les clients-voyageurs et les créateurs de voyage des Routes de l’Asie.

Ces échanges sont indispensables pour comprendre au mieux le projet de voyage et ainsi concevoir l’itinéraire le plus adapté aux envies exprimées. 

Nos créateurs de voyages accueillent les clients-voyageurs par téléphone ou à l’agence du lundi au vendredi de 10h à 19h. Pour s’assurer de leur disponibilité, il est préférable de prendre rendez-vous avant de se déplacer.