3 bonnes raisons de découvrir

le Sri Lanka

  • Découvrir les anciennes capitales du Sri Lanka : Anuradhapura, Sigiriya et Polonnaruwa.

  • Se balader à travers les plantations de thé au cœur des montagnes.

  • Explorer les grands parcs naturels en 4×4 à la découverte des éléphants.

15 jours – Entre 2700€ et 4000€/pers.*

* Prix moyen sur la base de 2 personnes

Surnommé “larme de l’Inde” ou encore “perle de l’océan Indien”, le Sri Lanka est comme les pierres précieuses qui l’habitent, un joyau de couleur émeraude aux portes de l’Asie. Le Bouddhisme s’est diffusé dans l’île et c’est lui qui a façonné la majorité de son patrimoine. L’architecture coloniale que l’on retrouve à travers le Sri Lanka est le résultat de plus de 150 ans de présences portugaise, néerlandaise et anglaise. Le Sri Lanka a l’âme insulaire et son rythme de vie y est plus calme que dans la majorité des pays asiatiques.

Pendant des décennies, le Sri Lanka a été la première destination en Asie (avant la Thaïlande). Même s’il n’y a plus de vol direct (pour l’instant !) pour rejoindre la capitale, Colombo est facile d’accès. Le Sri Lanka est desservi par les meilleures compagnies du golfe Persique et d’Inde. Pour les plus pressés, un service de vols intérieurs réguliers appelé “air taxi” permet de relier en peu de temps Colombo à Kandy, le sud de l’île et Trincomalee. A l’arrivée ou au départ, on peut choisir de séjourner à Colombo pour y découvrir son front de mer et le bel ensemble de bâtiments coloniaux.

L’île se parcourt facilement par la route. Environ 430 km séparent le “Pont d’Adam”, les rochers qui s’égrènent entre l’Inde et le Sri Lanka, et la pointe sud de l’île, le cap de Dondra. Les côtes ouest et est sont éloignées à leur point le plus large de seulement 220 km et… séparées par un massif montagneux.

Le réseau routier s’est amélioré ces dernières années. On roule cependant à une allure plus douce lorsque l’on traverse le centre du pays, ses montagnes et ses plantations de thé. Les voyages des Routes de l’Asie incluent les services d’un chauffeur-guide anglophone. Le chauffeur connaît parfaitement le terrain et donne les premières clés de compréhension du patrimoine sri lankais. Pour ceux qui souhaitent un accompagnement culturel plus poussé, des guides francophones sont disponibles.

Réussir son voyage au Sri Lanka c’est aussi profiter de la myriade de petits hôtels de caractère, maison d’hôtes cosy ou luxueux bungalows de planteurs. Ces établissements qui font le charme d’un voyage au Sri Lanka doivent être réservés à l’avance car ils possèdent peu de chambres et sont très prisés.
Souvent comparé à tort à sa cousine l’Inde, le Sri Lanka est pourtant très différent : plus d’espace car moins densément peuplé, plus calme avec une sérénité toute bouddhique, et surtout plus vert avec de grandes cocoteraies, des forêts, des plantations de thé et d’épices.

Le climat tropical qui baigne le Sri Lanka favorise l’exubérance de ce manteau vert qui habille l’île. Les sites archéologiques que l’on retrouve dans le Triangle Culturel au nord du Sri Lanka sont une balade à travers de grands jardins. C’est notamment à Anuradhapura que l’une des branches du pipal sous lequel Bouddha a atteint l’illumination a été planté et étend son large branchage. L’arbre de la Bodhi est un lieu de pèlerinage parmi les plus importants du Sri Lanka.

De vastes parcs naturels reflètent ce surnom d’île Jardin. Udawalawe, Sinharaja, Wilpattu ou encore Yala abritent une flore particulièrement riche et une grande diversité de paysages, sur fond de mer ou de montagne. Ces parcs sont l’habitat privilégié de nombreuses espèces d’oiseaux, de cervidés, des hordes d’éléphants sauvages et des léopards (qui ne se laissent observer que par les plus chanceux).

Le cœur montagneux du Sri Lanka est couvert de nombreuses plantations de thé, d’épaisses forêts. Sur la route des épices, les jardins tropicaux du Sri Lanka sont réputés pour la cardamome, le clou de girofle, le poivre, la muscade et la cannelle. C’est près de Kandy, dans un écrin de colline que se loge l’un des plus beaux jardins botaniques d’Asie, Peradeniya. Le jardin est planté de grands spécimens de ficus dont le fameux figuier de Java, de bosquets de bambous géants et doté d’une riche collection d’orchidées.

La beauté des jardins, c’est aussi celle qui entoure de nombreux hôtels et maisons d’hôtes. L’architecte sri lankais Geoffrey Bawa, inventeur du “modernisme tropical”, est à l’origine de nombreux hôtels qui font la part belle aux jardins avec la présence de frangipaniers, jasmins, et palmiers…
Le Sri Lanka bénéficie d’un climat quasi équatorial qui fluctue en fonction de l’altitude à laquelle on se trouve. On peut voyager au Sri Lanka toute l’année même si les mois de mai et juin sont les moins favorables. Attention ! Le nouvel an chinois et le nouvel an bouddhiste drainent de nombreux visiteurs.

Les plaines et les côtes restent chaudes tout au long de l’année et sont rafraîchies par les orages de mousson. Les montagnes au centre de l’île offrent un climat plus tempéré. On y bénéficie de températures plus agréables tout au long de l’année. Les mois de décembre et janvier peuvent être brumeux et occasionnellement très frais en altitude.

Deux moussons arrosent l’île et chacune d’elles se produit dans des régions opposées et à des périodes différentes. La mousson principale est estivale, débute en mai et s’estompe en août. Elle est présente au sud et sur la côte ouest. Les montagnes lui font barrage. Les averses de mousson éclatent surtout en fin de journée et sont rafraîchissantes. Elles font place à de belles éclaircies.

Un voyage entre juillet et septembre permet de profiter de la verdure luxuriante du Sri Lanka. C’est une période idéale pour partir en famille au Sri Lanka. Il y fait chaud et l’île est moins fréquentée. Les plages du sud sont animées par les rouleaux mais on peut profiter des piscines, plus sûres, à toutes les altitudes ou profiter des jolies plages plus calmes du côté de Trincomalee. C’est également au mois d’août que l’on peut assister à la fête de Perahera qui anime Kandy pendant deux semaines.

D’octobre à janvier, c’est la mousson d’hiver qui touche le partie la moins fréquentée de l’île : le nord et la côte est. On profite alors de la majorité de l’île!

Les conseillers des Routes de l’Asie, spécialistes du Sri Lanka et experts de la construction de voyages sur mesure s’adaptent aux désirs et aux contraintes de chacun pour composer des voyages personnalisés.

Le Sri Lanka a joué un rôle important dans le rayonnement et le développement du Bouddhisme en Asie. C’est à partir de ces anciennes capitales que s’est développé le bouddhisme theravada. Certains de ces lieux sont toujours fréquentés par des pèlerins venus de toute l’Asie.

Les incontournables :
 
  • Gravir les escaliers qui mènent au “Rocher du Lion” ou Sigiriya, l’ancienne capitale du roi Kassapa. Installée sur un promontoire rocheux particulièrement imprenable, le roi avait fait construire un palais entouré de jardins grâce à un ingénieux système d’adduction d’eau. Une partie du rocher est décorée de fresques qui représentent une série de femmes : “les demoiselles de Sigiriya”.
  • Découvrir les anciens temples, stupas et monastères d’Anuradhapura. L’ancienne capitale, siège de la tradition du bouddhisme theravada est l’un des lieux de pèlerinage les plus importants du Sri Lanka. Les cinghalais en famille s’y pressent en fin de semaine.
  • Se balader dans les vestiges de la capitale éphémère de Polonnaruwa. Les temples, monastères et vestiges du palais royal sont parmi les mieux conservés de la région du Triangle Culturel.
 
Nos expériences :
 
  • S’enfoncer dans la forêt tropicale qui mène aux vestiges du monastère de Ritigala. Petit monastère caché derrière un épais rideau d’arbres, Ritigala emmène sur les traces du bouddhisme au Sri Lanka.
  • Pénétrer les grottes creusées dans le rocher de Dambulla et y découvrir les nombreuses statues de Bouddha. Ces nombreuses grottes sont ornementées de fresques qui représentent la tentation de Bouddha par le démon Mara et son premier sermon.
  • Se hisser au sommet de l’escalier monumental aux lions à Yapahuwa. Chef-d’œuvre de la citadelle en ruines, il menait au temple de la Dent sacrée du Bouddha. Aujourd’hui, on bénéficie d’un superbe panorama sur la campagne.
Le cœur du Sri Lanka est un pays de collines et de montagnes. Son point culminant, le Pic d’Adam est l’un des trois grands lieux de pèlerinages de l’île. Kandy, la seconde ville du pays, ouvre la voie vers les jardins de thé, plantations et les épaisses forêts qui recouvrent les pentes de ce massif. A pied, en voiture, ou à la faveur d’une balade en train, la région dévoile ses trésors cachés.

Les incontournables :
 
  • Flâner le long du lac de Kandy, et se rendre au temple de la Dent pour assister à une des cérémonies. Kandy, située légèrement en altitude, séduit par son climat agréable, son paysage collineux. Il fait bon se balader dans les allées du jardin botanique de Peradeniya.
  • Parcourir les routes et les rails du thé et faire une halte dans “la Petite Angleterre”. Nuwara Eliya, station d’altitude au charme tout britannique rappelle fortement l’Angleterre avec ces nombreux cottages.
  • Dormir au cœur des plantations de thé dans une maison de planteurs, avec une vue imprenable sur les collines. Profiter du matin pour voir s’évaporer la brume, dans une atmosphère restée so british.
 
Nos expériences :
 
  • Randonner dans le massif des Knuckles Range au nord de Kandy. Le massif situé hors des sentiers battus séduit par la beauté de ses paysages et la diversité de sa faune et de sa flore : orchidées, arbres majestueux, écureuils géants et porcs-épics seront peut être au rendez-vous.
  • Suivre les pas des pèlerins sri lankais et gravir les escaliers qui mènent au pic d’Adam pour assister au lever du soleil à son sommet. Les nuages se lèvent au fur et à mesure pour dévoiler un vaste panorama sur les plaines du Sri Lanka.
  • Monter à bord d’un train local qui sillonne la forêt et les plantations de thé. Découvrir les gares au style colonial, les viaducs impressionnants qui surplombent les jardins de thé et les cueilleuses qui s’y affairent.
Le Sud de l’île est aujourd’hui facilement accessible. Une route côtière longe les nombreuses grandes plages du sud ouest de l’île. Une route rapide permet de rejoindre Galle depuis Colombo en seulement trois heures. Pour les plus pressés, un court vol emmène vers Bentota, Koggala, Dickwella ou Mattala. Les côtes sont bordées de cocoteraies, vastes jardins et petites villes. De grandes villas en bordure de plage invitent au repos et à la détente. En retrait dans les plaines, c’est là que se trouvent les grandes étendues forestières où oiseaux et éléphants sauvages vivent en liberté.

 
Les incontournables :
 
  • Se promener sur les remparts qui ceignent la petite ville coloniale de Galle et déambuler dans ses ruelles tranquilles à la découverte du patrimoine colonial : demeures néerlandaises, cathédrale Sainte Marie, bastions. La ville s’est développée sous l’influence du commerce de la cannelle.
  • Longer la côte entre Galle et Tangalle où alternent longues plages, petites criques, et anses idéales pour la baignade. Quelques anciens forts hollandais ponctuent la route. Mais c’est surtout les pêcheurs, les petites îles et les jolies plages qui retiennent l’attention : Taprobane, Unawatuna, Weligama, Dondra ou encore Mirissa. La côte est ponctuée de petits hôtels de caractère et de jolies villas construits par Geoffrey Bawa.
  • Explorer lors d’un safari l’un des grands parcs naturels. Uda Walawe et Yala sont parmi les meilleurs endroits pour observer de près les éléphants d’Asie que l’on peut voir se déplacer en troupeaux. Tantôt dans un paysage de savane, de marécages ou de forêts denses, on peut y rencontrer un très grand nombre d’oiseaux, de cervidés, de crocodiles, de varans…
 
Nos expériences :
 
  • Séjourner quelques jours dans une villa ouverte sur l’océan Indien. L’architecture résolument moderne, la décoration soignée, le jardin soigné qui mène directement à la plage et la piscine où l’on peut faire des longueurs à l’ombre des cocotiers.
  • Découvrir l’artisanat sri lankais et le travail des artistes locaux dans une galerie d’art au cœur de la vieille ville de Galle. Grâce au travail de Barbara Sansoni qui a ouvert les librairies et galeries de Colombo et de Galle, il est désormais possible de revenir d’un voyage au Sri Lanka avec des objets qui mettent en valeur l’artisanat local de qualité.
  • Partir en mer observer les baleines qui chaque année entre octobre et avril migrent au large du cap de Dondra. On peut notamment y voir des cachalots, de nombreux dauphins et des baleines bleues.
Hier encore inaccessible, la région se remet doucement des conflits qu’elle a connus. C’est vers le nord de l’île et en particulier autour de Jaffna que vit la minorité hindoue du Sri Lanka. Comme dans l’état du Tamil Nadu situé à quelques encablures de l’autre côté du Pont d’Adam, les îlots rocheux qui séparent l’Inde du Sri Lanka, les temples aux toits pyramidaux ponctuent le paysage. La côte nord-est est parsemée de jolies plages idéales pour la baignade du côté de Trincomalee. Plus au sud ce sont les surfeurs qui se réjouissent des vagues de l’océan Indien.

 
Les incontournables :
 
  • Explorer la péninsule de Jaffna et la ville de Jaffna. Occupée par les portugais, puis les hollandais et les britanniques, la ville a été dotée d’un imposant fort. Temples hindous, mosquées, églises, le patrimoine de la ville reflète son passé commercial. Les temples hindous comme celui de Nallur Kovil s’animent au moment des cérémonies en fin de journée.
  • Terminer un voyage découverte du Sri Lanka par quelques jours en bord de mer à Trincomalee. A quelques encablures de l’ancienne ville fortifiée, des plages de sable corallien sont l’étape parfaite pour terminer en douceur.
  • Camper aux portes du parc national de Wilpattu. C’est l’un des plus grands parcs du Sri Lanka et l’un des moins fréquentés. Il a la particularité d’être composé d’une soixantaine de lacs naturels et abrite une faune aviaire très variée. C’est aussi l’un des meilleurs lieux pour tenter d’observer les léopards.
 
Nos expériences :
 
  • Plonger à Pigeon Island et se prélasser à la plage de Nilaveli. Située au nord de Trincomalee, une excursion en bateau jusqu’à l’île permet d’explorer la beauté des fonds sous-marins coralliens. On y voit tortues, requins à pointes noires et de nombreux poissons. La plage de Nilaveli située dans un lagon offre une baignade des plus agréables.
  • Rejoindre l’île de Delft en bateau. Située à proximité de Jaffna, la petite île est à la fois un lieu de balade à travers les vestiges de ces anciens occupants européens et un pèlerinage important pour les bouddhistes qui viennent se recueillir sur l’empreinte du pied de Bouddha.
  • Assister au retour de pêche à Jaffna et se rendre au marché aux poissons de bon matin. La ville regorge de petits marchés aux poissons, mais le marché principal est le meilleur endroit pour y découvrir la richesse de la pêche locale et l’un des ingrédients de choix de la cuisine sri lankaise.

Au delà de l’organisation de voyages sur mesure, Les Routes de l’Asie ont à cœur d’inviter au voyage, avant, pendant et après, grâce à son espace librairie dédié aux pays que l’équipe affectionne. Aussi pour tous les voyages sur mesure conçus par l’agence, les carnets de voyages contiennent deux livres. Voici quelques ouvrages que l’équipe a lus et sélectionnés pour une invitation à voyager au Sri Lanka. Ces livres ainsi que d’autres guides touristiques, cartes détaillées, essais et romans sont en vente à la librairie des Routes de l’Asie, 7 rue d’Argenteuil, à Paris 1er ou par téléphone au 01 42 60 60 90.


Peu d’auteurs sri lankais ont été traduits en français et le choix de lecture est moins vaste que pour d’autres pays d’Asie. Mais Michael Ondaatje, écrivain et poète d’origine sri lankaise a su transcrire grâce à ses souvenirs familiaux une partie de l’essence du Sri Lanka. Dans Un air de famille (édition de l’Olivier), à partir d’un carnet de bal, de trois histoires d’amour et des souvenirs d’une grand-mère excentrique, il compose une légende. Son enfance se change en un récit mythique peuplé de paons royaux, de cobras, de femmes fatales et d’officiers à l’uniforme immaculé. Ses héros évoquent un âge d’or aux tonalités d’orient.

Pour comprendre un peu plus l’histoire récente et troublée du Sri Lanka, Antonythasan Jesuthasan – alias Shobasakhti – partage dans Shoba, itinéraire d’un réfugié son histoire et celle de sa fuite depuis le nord du Sri Lanka jusqu’à Paris où il arrive en 1993. On connaît son visage grâce au film de Jacques Audiard, Dheepan (Palme d’or à Cannes en 2015) dans lequel il est l’acteur principal. Il a également écrit Friday et Friday (éditions Zulma), recueil de récits qui retracent ses années de guérilla, son errance et sa vie en France avec pour toile de fond son enfance. Avec finesse et humour, inspiration et puissance d’évocation, l’auteur évoque des éléments méconnus de l’histoire du Sri Lanka.

La création d’un voyage sur mesure au Sri Lanka implique des échanges, par téléphone ou par courriel, entre les clients-voyageurs et les créateurs de voyage des Routes de l’Asie.

Ces échanges sont indispensables pour comprendre au mieux le projet de voyage et ainsi concevoir l’itinéraire le plus adapté aux envies exprimées. 

Nos créateurs de voyages accueillent les clients-voyageurs par téléphone ou à l’agence du lundi au vendredi de 10h à 19h. Pour s’assurer de leur disponibilité, il est préférable de prendre rendez-vous avant de se déplacer.