3 bonnes raisons de découvrir

l’Ouzbékistan

  • S’extasier des joyaux d’architecture et d’art islamique des légendaires cités-oasis de la Route de la Soie aux portes des déserts et de l’immense steppe kazakh.
  • Rencontrer un peuple chaleureux animé d’un profond sens de l’hospitalité et d’une immense ouverture d’esprit aiguisée par des siècles d’échanges avec le reste du monde de l’Occident chrétien à l’Empire du Milieu.
  • Flâner sur les pittoresques marchés parfumés d’épices et chiner des ikats de soie ou de coton, broderies traditionnelles suzani, calottes, tapis et poteries émaillées bleues et vertes richement décorées.

Budget : environ 2600€/personne*

10 jours, vols, voiture et chauffeur, guides locaux, droits d’entrées, hôtels de caractères. *Prix moyen sur la base de 2 personnes.

Au cœur de l’Asie et au carrefour des civilisations et des religions, l’Ouzbékistan s’étire de la mer d’Aral aux contreforts du massif des Tian-Shan, les Monts Célestes. La découverte de cette contrée entraine le voyageur sur les traces d’Alexandre le Grand, Gengis Khan, Tamerlan ou Marco Polo le long des anciennes routes caravanières reliant l’Europe à l’Inde et à la Chine.

Elles sont ponctuées de splendides cités-oasis dont Khiva, Boukhara et Samarkand qui comptent parmi les plus prestigieuses du monde musulman. Chacune d’entre elles est un éblouissement de couleurs et de motifs, de formes et proportions harmonieuses : arcs ogivaux, coupoles sphériques recouvertes de glaçure bleue ou turquoise, façades de palais, mosquées et nécropoles ornées d’arabesques et de textes sacrés calligraphiés en brique vernissée ou majolique, boiseries sculptées ou encore motifs en relief réalisés en papier-mâché. Ce patrimoine tiré des contes des Mille et Une Nuits, aussi exceptionnel que singulier, témoigne d’un génie artistique exceptionnel, fruit d’un brassage culturel millénaire.

Au-delà de la magie de ces brillantes cités cosmopolites, l’Ouzbékistan invite à découvrir la steppe, les déserts du Karakoul et du Kyzylkoum, composantes importantes de l’Asie centrale et des ses légendes. Dans ces grands espaces jadis peuplés de nomades et sillonnés par les caravanes de chameaux, on peut passer des nuits en yourte. Un peu plus loin, les petits villages tadjikophones des montagnes de Nourataou sont un paradis pour la randonnée et l’observation de l’avifaune. Aux confins de l’Afghanistan, sur les rives du fleuve Amou-Daria, la ville chargée d’histoire de Termez est une étape plus confidentielle de la Route de la Soie. Elle doit son prestige à ses vestiges du bouddhisme de Bactriane notamment l’ensemble monastique de Fayoz-Tepe dont la fondation remonte au Ier siècle.