3 bonnes raisons de découvrir

le Népal

  • Découvrir la richesse du patrimoine Newar à Katmandou et dans sa vallée.

  • Admirer les sommets enneigés de l’Himalaya et découvrir la ferveur des pèlerins bouddhistes et hindous.

  • Observer les rhinocéros unicornes, tigres et léopards qui peuplent les forêts épaisses du Teraï.

Budget : entre 2800€ et 3800€/pers.*

15 jours, vols, voiture et chauffeur, guides locaux, droits d’entrées, hôtels de caractère.
* Prix moyen sur la base de 2 personnes

Au pied de l’immense barrière des Himalayas, la jeune république du Népal qui fut un royaume est prise entre ses deux grands voisins, l’Inde et la Chine. Elle a su préserver son intimité, sa personnalité, la magie de ses traditions.

Même si le Népal n’est pas relié directement à la France, il est facile de rejoindre le pays. Aujourd’hui le Népal est bien desservi par un ensemble de compagnies aériennes du Golfe Persique et indiennes. Il est ainsi aisé de combiner l’Inde et le Népal. Le temps d’un long weekend depuis Delhi, en chemin vers le Bhoutan ou sur la route du Tibet, Katmandou est une halte toute indiquée.

Pour se déplacer à l’intérieur du pays, les clients-voyageurs ont le choix entre la route et les airs. Quelques vols intérieurs permettent de rejoindre en peu de temps les points les plus éloignés évitant ainsi de nombreuses heures sur la route. Mais dans le cadre de la plupart des voyages découverte du Népal, les trajets en voiture privatisés avec chauffeur sont recommandés pour rejoindre Pokhara, le parc du Chitwan ou encore sillonner Katmandou et sa vallée. Les chauffeurs sont aguerris aux routes népalaises et apportent un soin tout particulier au transport de voyageurs étrangers.

Les chauffeurs ne parlant ni anglais, ni français, des guides locaux ou un guide accompagnateur facilitent grandement le bon déroulement du voyage. Des guides francophones dans la vallée de Katmandou sont disponibles. Ailleurs ce sont des guides anglophones qui accompagnent la découverte de Pokhara, lors des randonnées ou encore dans les plaines du Teraï au sud du Népal.

Pour les plus sportifs, une randonnée de quelques jours au Népal comprend également la logistique avec porteurs et matériel. Pour les itinéraires plus reculés, un cuisinier et des vivres font partie de l’équipe.

L’hospitalité newari se retrouve dans les hôtels de caractère du Népal. Les établissements de charme reprennent les traits de l’architecture locale : de la brique et du bois finement sculpté pour les encadrements de portes, fenêtres et toitures. A Katmandou, dans sa vallée et à Pokhara, les hôtels sont de bon confort et bénéficient pour certains de superbes vues sur les chaînes de montagnes. Dans le Chitwan, les hôtels prennent des allures de lodges. Pour les plus aventureux, les randonnées itinérantes sur plusieurs jours sont l’occasion de haltes chez l’habitant dans des “tea houses” ou “tea lodges”. Le confort est simple mais l’atmosphère unique.
La destination convoitée des hippies d’hier est une destination à l’architecture raffinée, aux traditions séculaires et aux paysages de montagnes uniques. Si le pays est un paradis pour les trekkeurs, il est aussi possible de voyager en famille au Népal en choisissant des randonnées légères dans les contreforts, des balades en famille dans la campagne à la découverte des traditions rurales ou encore à la découverte du grand parc naturel du Chitwan qui abrite des rhinocéros unicornes.

Les plus férus de culture y découvrent l’architecture Newar traditionnelle, reconnaissable à la finesse de ses sculptures en bois et l’utilisation de brique ocre. Le Népal est aussi une terre de ferveur où hindouistes et bouddhistes se retrouvent fréquemment sur les mêmes sites. Cette ferveur se retrouve dans le quotidien de ses habitants au travers des cérémonies journalières, des grandes fêtes annuelles et dans l’activité même des temples.

Les montagnes sont les lieux de villégiature des dieux. On emboite parfois le pas à des pèlerins en quête de Nirvana. Il est tout à fait possible de voyager au Népal sans pour autant y faire de la haute randonnée ou de l’alpinisme et néanmoins approcher ces pics aux altitudes sans commune mesure. Un voyage au Népal est l’occasion unique de côtoyer les pics aux neiges éternelles au pied desquels se sont épanouis des cultes séculaires.

Pour les plus aventureux et à condition d’être en bonne condition physique, le Népal offre une multitude d’itinéraires de randonnées. La vallée de Katmandou permet de faire des petites balades d’une demi-journée. Pokhara offre l’occasion de partir quelques jours vers Ghorepani, Tadapani et Ghandruk et de dormir en chemin dans des “guesthouses”. Pour des itinéraires plus long, on peut s’aventurer autour des Annapurnas, au pied du Manaslu ou encore dans les régions confidentielles du Mustang ou du Dolpo immortalisées par le film Himalaya : enfance d’un chef. Cheminer à pied à travers la montagne au Népal est avant tout entrer dans un autre monde et pénétrer le monde tibétain et sa culture.
Comme le Bhoutan et le Ladakh en Inde, la majeure partie du territoire du Népal se trouve enserré dans l’Himalaya et se caractérise par un climat de montagne. Très changeant en fonction de l’altitude, il convient de toujours prévoir plusieurs couches de vêtements pour faire face aux revirements des éléments. Tropical au sud, tempéré dans les vallées et polaires aux plus hautes altitudes, la composition de la valise doit s’adapter au parcours.

On peut voyager au Népal tout au long de l’année, avec des nuances en fonction de la tonalité que l’on souhaite donner à sa découverte du pays. La mousson est présente de juin à septembre. Loin d’être un rideau de pluie, ce sont surtout les nuages qui masquent les hauts sommets et s’amassent pour provoquer de fortes pluies imprévisibles surtout en juillet et août.

Pour ceux qui souhaitent faire une randonnée dans les meilleures conditions, l’automne est la meilleure saison. Les pâturages ont reverdi sous l’effet de la mousson, le ciel est particulièrement bien dégagé et les températures restent clémentes.

L’hiver – entre décembre et février offre de superbes panoramas sur les chaînes de montagne. Mais il peut faire (très !) froid. Certains cols élevés sont fermés, de même que la plupart des lodges en altitude.

En mars et avril, les montagnes se parent de couleurs printanières. Les rhododendrons sont en fleur, le soleil toujours bien présent est plus chaud. C’est également une période agréable pour partir randonner quelques jours à partir de Pokhara.

Les conseillers des Routes de l’Asie, spécialistes du Népal et experts de la construction de voyages sur mesure s’adaptent aux désirs et aux contraintes de chacun pour composer des voyages personnalisés.

Katmandou, capitale du Népal, est au cœur d’une plaine longue et étroite à une altitude de 1380 mètres. Les hauts sommets himalayens aux neiges éternelles se profilent derrière les innombrables temples et pagodes de la ville. C’est aux Newars qui constituent la moitié de la population de la vallée de Katmandou, que l’on doit les plus belles œuvres d’art. Leur sculpture sur bois et sur pierre, dont la beauté et la diversité ne cessent d’enchanter le visiteur, orne aujourd’hui les trois villes de la vallée : Patan, Katmandou et Bhadgaon.

Les incontournables :
 
  • Déambuler à Durbar Square dans le vieux Katmandou. Place de l’ancien Palais Royal du XVIIIème siècle, le site est constellé de temples et de monuments religieux. Il y règne une atmosphère particulière qui est le symbole de la ville.
  • Tourner autour de l’un des plus grands stupas du monde, Bodnath, dans une atmosphère toute tibétaine. Il est entouré de monastères bouddhistes et d’un village tibétain avec de nombreuses boutiques et petits restaurants où l’on peut déguster des momos, raviolis tibétains. Chaque jour en fin d’après-midi on peut voir de nombreux fidèles déambuler autour du stupa en faisant tourner les moulins à prières.
  • Découvrir le plus sacré des temples hindous du Népal : Pashupatinath. Il est consacré à Shiva, sur les rives de la rivière Bagmati. C’est aussi un important site de crémation que l’on peut aisément observer depuis l’autre côté de la rivière.
  • Sentir vibrer la ferveur des népalais dans les nombreux lieux de culte de Katmandou : le Kashta Mandap, un temple de bois à triple toiture construit, dit-on, avec le bois d’un seul arbre à la fin du XVIème siècle, la demeure de la Kumari, une petite fille considérée comme une déesse vivante, ou encore Swayambunath, un très grand stupa sur lequel sont peints les yeux de la connaissance, au sommet d’une colline qui domine la vallée.
  • Parcourir les monuments de Patan, l’ancienne capitale des rois Malla, qui l’enrichirent d’innombrables temples et palais. On y découvre les cours intérieures du Palais Royal, le Temple d’or aux trois toits en bronze doré et aussi le Temple aux mille Bouddhas caché dans une petite cour. Chaque brique de ce temple renferme une image du Bouddha.
 
Nos expériences :
 
  • Profiter d’un séjour à Katmandou pour découvrir le riche artisanat du Népal : les statuettes en bois sculpté, en cuivre ou en bronze, les masques en papier mâché aux vives couleurs, les bijoux de fantaisie, les objets utilitaires comme les jarres et les pots en laiton, en cuivre ou en terre, les tankas, ces peintures sur toile d’inspiration religieuse et maints autres objets.
  • S’échapper dans la vallée et partir sur de petits chemins de randonnée vers Changu Narayan le sanctuaire le plus ancien du Népal, un temple fortifié consacré à Vishnou. Dans la vaste cour du temple ont été rassemblées de nombreuses statues et pierres sculptées de toute beauté.
  • Rejoindre Nagarkot à pied à travers de belles pinèdes et des petits villages. Le chemin qui longe la crête est ponctué de petits amas de pierre votifs ou chorten. Cette petite station de montagne face à l’Everest est le lieu idéal pour admirer le lever de soleil sur le toit du monde.
  • Séjourner au cœur de Bhaktapur ou Bhadgaon, ville classée au patrimoine de l’UNESCO, certainement la plus pittoresque de la vallée. L’ancienne capitale médiévale a conservé de superbes édifices admirablement sculptés : la place du Palais Royal (Durbar Square) avec de remarquables fenêtres et une très belle porte en cuivre, la place de Dattatreya bordée de superbes maisons de briques roses aux fenêtres de bois finement ciselées ou encore le temple de Nyatapola, le plus haut du Népal avec ses cinq toits superposés.
Parce que le Népal est bien plus que Katmandou et sa vallée, il est indispensable de s’aventurer au-delà de la capitale. La route vers Pokhara et un séjour dans la deuxième ville sont tout indiqué pour les clients-voyageurs qui souhaitent découvrir le Népal en profondeur. La route au travers des vallées et entourée des plus grands sommets permet d’aller à la rencontre de la vie rurale du pays et de ses habitants.

Les incontournables :
 
  • Découvrir un pan de l’histoire moderne du Népal en faisant halte dans l’ancien royaume de Gorkha. C’est de Gorkha qu’a régné le fondateur du Népal moderne et de la dynastie Shah. On y voit le palais Gorkha Durbar, le temple Kalika et le fort duquel on jouit d’une vue sur l’Himalaya et en particulier le Dhaulagiri et le Manaslu. C’est aussi le nom donné aux soldats népalais dans les célèbres bataillons anglais éponymes.
  • Oublier le temps dans la petite ville médiévale de Bandipur. Située à mi-chemin entre Katmandou et Pokhara, Bandipur a gardé son caractère de village à l’atmosphère encore intacte. Les maisons traditionnelles entourent la rue principale, lieu de vie principal du village.
  • Se rapprocher des hauts sommets en rejoignant Pokhara, la seconde ville du Népal. Elle est située dans la plaine à une altitude de 900 mètres et pourtant au nord, tout proche, trône le massif de l’Annapurna et ses hauts sommets à plus de 8000 mètres. Ici, l’Himalaya semble à portée de la main alors que plus de 50 ans après sa conquête par Maurice Herzog, il reste une montagne difficile, réservée aux meilleurs alpinistes.
 
Nos expériences :
 
  • Admirer à 360° le panorama de la vallée de Pokhara jusqu’à la chaîne des Annapurnas depuis un superbe lodge en altitude. Construit avec les matériaux locaux – bois sculptés, pierres sèches et ardoises – l’hôtel est un lieu de séjour idéal pour profiter de la vue, partir en balade avec un guide naturaliste à travers la campagne et les villages. Un spa et une superbe piscine complètent l’hôtel pour un repos bien mérité.
  • Randonner dans les hauteurs de Bandipur. La petite ville ressemble à Katmandou il y a 50 ans. Une demi-journée suffit pour découvrir de très beaux paysages de rizières et points vues superbes sur l’Himalaya.
  • Rejoindre le temple hindou de Manakamana dédié à Bhagwati, une incarnation de Parvati. Les pèlerins hindous se pressent pour demande à la déesse d’exaucer leurs vœux. Le temple est accessible grâce à un téléphérique et offre un joli panorama sur la chaîne des Annapurnas et du Manaslu- Himachali.
  • Sillonner les chemins de montagne à partir de Pokhara. C’est un point de départ pour qui veut profiter d’un voyage au Népal pour faire une randonnée dans l’Himalaya. Les chemins mènent à Ghorepani, Tadapani et Ghandruk… En fonction du nombre de jours, l’itinéraire est aménagé. Des porteurs et un guide spécialisé en randonnée accompagnent les voyageurs. C’est une occasion unique de découvrir le mode de vie des Népalais en montagne.
Le sud du Népal désigne la bande de terre qui longe le pays à la frontière avec l’Inde. Des paysages de savane et de larges prairies qui emmènent jusqu’aux contreforts de l’Himalaya. C’est dans ce paysage que plusieurs grands parcs nationaux ont été établis afin de préserver les dernières populations de rhinocéros unicornes, léopards et tigres antilopes tétracères. Des plaines sèches du Teraï similaires à la savane, aux contreforts Frontière indienne Teraï au sud de Katmandou (Chitwan plus un autre).

Les incontournables :
 
  • Flâner dans les ruelles de Tansen, ville établie sur le flanc sud de la chaîne du Mahabharat Lekh. Tansen sépare les régions montagneuses du Népal et les plaines du Teraï. La ville a gardé son cachet médiéval des villes newar telles qu’elles étaient il y a 30 ou 40 ans avec ses maisons en briques aux fenêtres de bois sculpté, ses ruelles pavées et très animées par les nombreuses échoppes d’artisans.
  • Emboîter le pas des pèlerins venus se recueillir à Lumbini, lieu de naissance de Bouddha. Visitant le site trois siècles plus tard, l’empereur Ashoka fit ériger un pilier. Disparu sous la jungle pendant des siècles, il n’a été retrouvé qu’en 1895 par un archéologue allemand. Une atmosphère unique habite le lieu comme tous ceux où Bouddha vécu en Inde : Bodhgaya, Kushinagar ou en encore Sarnath.
  • Pénétrer dans le Parc National de Chitwan qui est l’un des plus grands parcs nationaux du Népal. La région du Teraï abrite une faune et une flore uniques que le parc a pour vocation de préserver. De confortables lodges permettent d’explorer la région, à partir desquels on s’aventure en 4X4 dans la savane et la forêt avec un guide naturaliste.
 
Nos expériences :
 
  • Ressentir la ferveur des pèlerins venus de toute l’Asie et appartenant à toutes les branches du Bouddhisme : Mahayana, Theravada ou Vajrayana. Au pied de l’arbre où Bouddha a vu le jour, moines et pèlerins affluent sous les drapeaux de prière qui flottent au vent. Le temple de Maya Devi situé à proximité du Puskarani, le bassin sacré où se serait baignée la mère du Bouddha avant de lui donner naissance.
  • Descendre en pirogue au petit matin la rivière qui traverse le parc du Chitwan. C’est le meilleur moment de la journée pour y observer la grande variété d’oiseaux : hérons, cigognes noires, martins-pêcheurs et cormorans. Dans l’eau veillent les crocodiles et les étonnants gavials.
  • S’aventurer au cœur des hautes herbes et dans la forêt à dos d’éléphant dans le Teraï à la recherche de ses habitants les plus connus : le rhinocéros unicorne, le tigre du Bengale ou encore le léopard. C’est aussi une occasion unique d’approcher les pachydermes et de participer à leurs soins : participer à leur repas, monter à cru pour les mener à la rivière, les frotter et prendre un bain rafraîchissant dans la rivière.

Au delà de l’organisation de voyages sur mesure, Les Routes de l’Asie ont à cœur d’inviter au voyage, avant, pendant et après, grâce à son espace librairie dédié aux pays que l’équipe affectionne. Aussi pour tous les voyages sur mesure conçus par l’agence, les carnets de voyages contiennent deux livres. Voici quelques ouvrages que l’équipe a lus et sélectionnés pour une invitation à voyager au Népal. Ces livres ainsi que d’autres guides touristiques, cartes détaillées, essais et romans sont en vente à la librairie des Routes de l’Asie, 7 rue d’Argenteuil, à Paris 1er ou par téléphone au 01 42 60 60 90.

 

Au début du XXème siècle, le Népal est encore pratiquement interdit aux étrangers. Alexandra David-Neel (1868-1969) parvient pourtant à y voyager. Au cœur des Himalayas : Sur les chemins de Katmandou (éditions Payot), Alexandra David-Neel, surnommée Jétsunema (la « Dame-lama »), relate son pèlerinage effectué au cours de l’hiver 1912-1913. Captivante expérience vécue, son récit de voyage apporte un éclairage sur cette civilisation à la fois cruelle et mystique.

 

Avec Les tambours de Katmandou (éditions Payot), Gérard Toffin explore le Newar dont le territoire, niché dans la vallée de Katmandou, ne fait pas plus de 500 kilomètres carrés. Pourtant, les Newars sont à l’origine d’une des civilisations les plus brillantes de l’Himalaya. Sur fond de tambours aux pouvoirs divins, ils honorent des enfants-dieux et les rituels domestiques occupent une grande importance. Dans cet ouvrage, l’ethnologue Gérard Toffin, directeur de recherche émérite au CNRS, met en lumière ce peuple fascinant qu’il côtoie depuis plus de quarante ans.

 

Rare écrivain népalais de langue anglaise, Samrat Upadhyay dans Dieu en prison à Katmandou (éditions Mercure de France) narre les destins qui s’entrecroisent dans le Katmandou contemporain, entre des embouteillages le soir à l’heure de pointe, des manifestations, des grèves… Dans un contexte de troubles politiques graves, la société change et les jeunes Népalais se retrouvent écartelés entre le monde ancien et des modes de vie entièrement nouveaux.

La création d’un voyage sur mesure au Népal implique des échanges, par téléphone ou par courriel, entre les clients-voyageurs et les créateurs de voyage des Routes de l’Asie.

Ces échanges sont indispensables pour comprendre au mieux le projet de voyage et ainsi concevoir l’itinéraire le plus adapté aux envies exprimées. 

Nos créateurs de voyages accueillent les clients-voyageurs par téléphone ou à l’agence du lundi au vendredi de 10h à 19h. Pour s’assurer de leur disponibilité, il est préférable de prendre rendez-vous avant de se déplacer.